Changer vos pneus lorsque cela s’avère nécessaire

Changer vos pneus lorsque cela s’avère nécessaire

Conduire avec des pneus usés est l’un des principaux dangers liés au véhicule pouvant se présenter lorsque vous êtes sur les routes. Le contrôle du véhicule peut s’en trouver modifier, les distances de freinage également, sans parler du risque accru de crevaison ou d’aquaplanage.

Il est donc indispensable de vérifier régulièrement l’état de vos pneumatiques. Généralement, il est conseillé d’y jeter un œil chaque semaine et d’en vérifier la pression une fois par mois. Il est aussi capital de contrôler la profondeur des sillons et de prévenir tout dommage latéral ou tout autre signe d’usure importante. Surtout, si vous doutez de l’état de vos pneus, n’hésitez pas à faire appel à un professionnel afin de les faire contrôler.

Voici les 5 cas majeurs qui exigent un changement de pneu ou, à tout le moins, une réparation via un spécialiste. Ne perdez pas de vue que le démontage de la structure est indispensable pour juger de l’état du pneumatique, et que seul les professionnels du secteur sont compétents pour effectuer ce contrôle.

Les pneus ont atteint leur limite d’usure légale

Vous devez vérifier les témoins d’usure des pneus de façon régulière. Ils se situent généralement à l’intérieur des sillons principaux. Lorsque la hauteur de la gomme restante est équivalente à la marque témoin, c’est que le pneu a atteint sa limite d’usure légale équivalant à 1,6 mm.

La plupart des manufacturiers de pneus recommandent de changer les gommes avant d’atteindre cette limite. Si elle est en revanche dépassée, vous prenez des risques pour votre sécurité.

Rappelez-vous également que si les conditions climatiques exigent toujours du conducteur qu’il adapte sa vitesse ainsi que sa conduite, l’usure des pneus entre directement en ligne de compte dans la qualité de la tenue de route de votre véhicule. Restez-y toujours attentif.

Les pneus présentent des signes d’usure liés à leur durabilité

La durabilité d’un pneumatique ne dépend pas forcément de sa date de fabrication. De multiples facteurs peuvent engendrer une usure prématurée, à commencer par un roulage trop peu fréquent. Les conditions climatiques ont également une grande influence, tout comme le poids de charge du véhicule, la pression des pneus, ou encore les conditions dans lesquels ils sont stockés.

Quels sont donc ces signes visibles sur les pneus ? Il s’agit par exemple d’une déformation ou d’une craquelure sur la bande de roulement ou même sur les flancs. Si vous constatez de tels dégâts, il y a fort à parier pour la durabilité du pneu soit atteinte voire dépassée.

Le plus connu des manufacturiers de pneumatiques, conseille ainsi de faire examiner les pneus tous les ans, une fois qu’ils ont été montés sur le véhicule depuis 5 ans. Il précise également que, quel que soit son état, un pneumatique doit être remplacé s’il atteint les 10 ans d’âge.

Le pneu est endommagé

Il peut hélas arriver que l’on abîme un ou plusieurs pneus en fonction des conditions rencontrées, ou par mégarde. Un trou important, un objet coupant ou dur, ou même une bordure mal abordée peuvent causer de sérieux dommages à un pneu.

Lorsque vous constatez une déformation, coupure ou autre dommage causé par un dégât ou bien sûr un accident, rendez-vous chez un spécialiste afin qu’il puisse vérifier l’état de forme des pneus concernés.

Une fois de plus, il en va de votre sécurité, de celle des autres passagers et même de celle des autres usagers de la route. Seul un professionnel peut, après démontage, attester de l’état précis du pneumatique et vous confirmer qu’il n’est pas nécessaire de le remplacer, dans le cas où aucun dommage interne n’est constaté.

Le pneu est crevé latéralement, la gomme se déforme ou se décolle, les tringles sont déformées ou carrément apparentes : voilà quelques exemples fréquents de cas où il ne pourra être sauvé. Mais ce ne sont pas les seuls. En cas de doute, adressez-vous directement à un garagiste confirmé.

Le pneu est crevé

Si les pneumatiques contemporains sont très résistants, il peut toutefois vous arriver d’en crever un ou plusieurs. Soyons clair : à moins que d’être un professionnel du secteur, vous ne serez pas en mesure de juger de l’état précis du pneu, ni de vérifier s’il n’a subi aucun dommage intérieur.

En cas de crevaison, la première chose à laquelle songer est bien sûr votre sécurité ainsi que celle des autres. Si possible, arrêtez-vous dans un endroit approprié, le plus à l’écart de la circulation. Respectez ensuite toutes les règles de sécurité requises, des feux de détresse au triangle de signalisation, en passant bien sûr par le port du gilet rétro-réfléchissant.

Si vous êtes capable de remplacer le pneu crevé par la roue de secours, faites-le. Toutefois, n’oubliez pas que ce pneu de remplacement est probablement sous-gonflé et qu’il vous faudra impérativement vous arrêter à la prochaine station-service afin d’en vérifier la pression.

Le pneu s’use de façon anormale

Il arrive que le pneu s’use de façon anormale à cause d’un problème mécanique, comme un défaut de parallélisme, un souci d’équilibrage, de transmission ou encore un problème de transmission. Des pneus sous-gonflés ou sur-gonflés peuvent aussi engendrer des dommages importants.

Il est conseillé de faire vérifier l’équilibrage et le parallélisme des roues 1 à 2 fois par an, ce qui permet le plus souvent de prolonger la durée de vie des pneus.

Les usures anormales rencontrées le plus fréquemment sont les suivantes : une usure asymétrique sur l’épaule du pneu, qui est le signe d’un défaut de parallélisme ou d’équilibrage. Une usure sur la bande centrale signifie un sur-gonflage, et enfin une usure constatée sur les deux épaules de la bande de roulement démontre au contraire un sous-gonflage du pneumatique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut