AURES AUTO, filiale du groupe UADH

Entretien avec HAFEDH GHARBI et BECHA ABDELHEDI, respectivement Directeur Commercial et Directeur Financier

Le marché automobile tunisien continue de progresser malgré le contexte économique compliqué, avec une hausse de 14,74% des ventes de véhicules neufs au 30 septembre 2016 et un marché officiel qui gagne de plus en plus de terrain sur le parallèle. Dans ce cadre, Tustex s’est penché sur le cas de Citroën, marque exclusivement distribuée par Aures Auto, filiale du groupe UADH et actuelle 4 ème au classement des ventes de véhicules neufs par marque avec une part de marché de 9,27%. Quel est le positionnement de Citroën ? Ses ambitions pour les années à venir et sa stratégie ?  Réponses avec Hafedh Gharbi et Becha Abdelhedi, respectivement Directeur Commercial et Directeur financier d’Aures Auto.

Hafedh GharbiHafedh Gharbi nous a tout d’abord accueilli au Showroom de la Charguia où il a été question des derniers chiffres de la marque Citroën en Tunisie, qui au terme des neuf premiers mois de 2016 a écoulé 4146 unités, se plaçant au 4eme rang derrière  Volkswagen, Isuzu et KIA, à noter par ailleurs que l’écart entre le leader et le 4ème était au 30 septembre 2016 de seulement 154 unités.  Comparé aux objectifs budgétisés, la marque est cependant en léger retard de 7 à 8%, nous a confié le responsable, et pour cause, la nouvelle formule de répartition du quota a pénalisé Citroën et plus généralement l’activité concession automobile du groupe UADH, comme le montrent d’ailleurs les indicateurs 3T16 du groupe dont les revenus consolidés ont reculé de 5,2% à fin septembre.  La nouvelle contrainte d’importation imposée par le Ministère du Commerce a obligé Aures Auto à répartir ses importations à raison de 25% du quota annuel sur chaque trimestre, alors qu’elle avait auparavant la possibilité d’importer jusqu’à 90% de ses quotas à fin septembre.Cela s’est globalement traduit par une mévente d’environ 1000 véhicules pour l’ensemble du groupe, d’autant plus avec la faiblesse du stock de départ au 1er janvier. Autre facteur non  négligeable pour HafedhGharbi, l’arrêt de la commercialisation de la Nemo 5 places, qui n’est plus fabriquée par Citroën et qui constituait un segment important  pour la marque notamment dans le cadre d’appel d’offres. La société devra vraisemblablement solliciter un quota supplémentaire d’ici la fin de l’année selon le directeur pour rattraper son retard, au 20 octobre Aures Auto était à 87% de son quota.

Comme tous les représentants du secteur, Hafedh Gharbi n’a pas manqué à son tour de plaider pour la libéralisation du marché qui doit s’imposer, l’ouverture aux marques chinoises, impensable il y a une dizaine d’année, est de bonne augure dans ce sens.Par ailleurs, les chinoises ne devraient pas s’imposer sur le marché tunisien selon Hafedh Gharbi et ne constituent pas une menace pour Citroën, tout au plus une petite participation au démarrage, a-t-il insisté.

Au sujet du réseau, Hafedh Gharbi nous a indiqué que 3 nouveaux points de ventes étaient en cours de réalisation actuellement à  Zarzis, Djerba et Mannouba, ce qui portera à 22 le nombre total entre sites propres et franchises, des projets pour de nouveaux sites à Gafsa, le Kef, Jendouba et Béja suivront en 2017.

Becha AbilhediPour ce qui est des nouvelles sorties, elles concerneront principalement la nouvelle C3, mais il y a aussi la DS qui sera amenée à monter en puissance traduisant le travail entamé sur le mix produit, comme nous l’a indiqué Becha Abdelhedi, Directeur Administratif et Financier d’Aures Auto, qui nous a, à son tour, ouvert ses portes. Rappelons à ce titre qu’Aures Aurto a célébré il y a un an l’ouverture du premier DS Store en Tunisie et en Afrique.

Becha Abdelhedi a longuement insisté sur les efforts entrepris au niveau du management de la qualité, notamment pour le service après vente qui se veut impeccable, a-t-il indiqué. Des actions comme les garanties prolongées introduites récemment ou encore les efforts pour minimiser les durées d’immobilisation et réduire au maximum les délais de livraison des pièces de rechange constituent les principaux vecteurs sur lesquels la société travaille, pour s’ajouter à la valeur intrinsèque des voitures Citroën, a indiqué Becha Abdelhedi, très confiant quant à l’avenir de la marque en Tunisie, surtout lorsqu’on se rappelle de la situation en 2005-2006, avant la reprise de la marque par le groupe Loukil, époque où Citroën vendait à peine 2400 à 2500 véhicules.

Sur la question des fluctuations du taux de change, Becha Abdelhedi nous a expliqué que la société avait répondu à plusieurs reprises au glissement du dinars par des révisions des prix de vente, mais en tenant compte de la contrainte concurrentielle, tous les concessionnaires sont par ailleurs soumis au risque de pertes de change qui parfois n’apparaissent pas dans les états financiers, tout dépend des méthodes de comptabilisation qu’adopte chaque concessionnaire et qui ne répondent pas forcement aux exigences de la norme que préconise les système comptable Tunisien. Rappelons à ce titre qu’à fin juin, le groupe UADH affichait une perte de change de 7,7 MD. Même avec les augmentations de prix, le marché reste porteur, nous a assuré le responsable, ajoutant qu’Aures Auto a pu négocier avec le constructeur pour de meilleures conditions de prix afin de minimiser l’impact du dinar faible et préserver au maximum ses marges.

Source: tustex

Ajouter Votre Commentaires

Votre adresse email ne sera pas publiée.*

Back to top