SUZUKI CELERIO POPULAIRE: prix particulièrement attractif

SUZUKI CELERIO POPULAIRE: prix particulièrement attractif

Avec une longueur de 360 cm, la Celerio se situe, à quelques centimètres près dans la moyenne du segment (365,5 cm pour la Hyundai i10, 354 cm pour la VW up!). La Suzuki gagne des points en hauteur, seule la Twingo la bat d’un centimètre avec ses 155 centimètres. La Suzuki marque aussi sa différence avec  ses cinq places.

Dans le segment des petites citadines, certains constructeurs jouent la carte du design, de la personnalisation et donc de l’émotion. Un choix que privilégie les triplettes Peugeot 108, Citroën C1 et Toyota Aygo, mais aussi la nouvelle Renault Twingo ou la Volkswagen up!.

On devine dès le premier regard que Suzuki n’a rien tenté à ce niveau. Sans souffrir ce qu’on peut appeler un « physique difficile », la Celerio ne révèle aucun charme particulier, arborant une robe tout ce qu’il y a de plus classique et passe-partout, typiquement asiatique serait-on tenté d’ajouter, au point d’en paraître intemporelle.

Cette silhouette pourrait exister depuis cinq ans, ou apparaître dans cinq ans, on a le sentiment que ça ne changerait rien à l’affaire. L’ouverture des portes et un regard sur le cockpit ne tempérera guère cette première impression. Propre net, sans audace particulière, sans lacune non plus, le tableau de bord n’arrachera pas des larmes d’émotion à un esthète.

Suzuki Celerio

Le noir règne en maître, seulement tempéré par quelques touches de couleurs égayant le tissu des sièges et un insert d’aspect alu soulignant la console. Les plastiques durs sont omniprésents, occasionnant sur nos modèles de présérie quelques bruits mobiliers: laissons-leur le bénéfice du doute et notons qu’ils dissimulent toute trace de tôlerie dans l’habitacle. Un bon point aussi pour la présence bienvenue de poignées de maintien passagers au plafond.

L’espace dévolu aux passagers se montre généreux, tant à l’avant qu’à l’arrière, et la garde au toit satisfera les plus grands d’entre nous: la silhouette cubique a ses bons côtés, non sans rappeler les vertus de la défunte Wagon R qui s’était à l’époque taillé un joli succès. L’accès à bord est facilité par des portes aux dimensions et à l’ouverture généreuses.

Pas de révolution mécanique sous le capot avec le volontaire petit trois cylindres essence cubant un litre. Suzuki en tire 68 ch à 6.000 trs/min, avec un couple de 90 Nm à 3.500 trs/min. Combiné à un poids qui ne dépasse pas 835 kg, ce petit bloc donne joyeusement vie à la Celerio, en dépit de rapports de boîte comme toujours trop longs, normes d’homologations obligent.

La Celerio ne manquant guère de qualités dynamiques: vive et saine, freinant bien avec un toucher de pédale franc, distillant un confort de bon aloi, et même raisonnablement insonorisée pour la catégorie.

La consommation moyenne, mesurée à 5 L/100km avant de confronter les embouteillages, à 5,7 L après, un résultat honorable. Les chiffres officiels annoncent une valeur moyenne de 4,3 L/100km, pour 99 grammes de rejets par kilomètre.

Deux boîtes de vitesses sont disponibles l’une mécanique à cinq vitesses et une autre boîte robotisée à simple embrayage, toujours à cinq rapports.

La Celerio est commercialisée en deux versions :

  • Populaire (sous réserve d’acceptation du dossier par le Ministère du commerce). Délai d’attente : 4 ans au minimum.

Prix approximatif 20 656 TND TTC.

  • Suzuki Celerio BVA

Prix : 37 900 TND TTC.

Suzuki Celerio

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut