Le Maroc rêve d’être plus compétitif que la Chine et l’Inde

Le Maroc rêve d’être plus compétitif que la Chine et l’Inde

Le Maroc veut rivaliser avec la Chine. C’est l’ambition légitime du ministre de l’Industrie et du commerce marocain.

Selon monsieur Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie et du commerce, le royaume entend « anticiper sur les technologies de demain comme les véhicules connectés ». Ce n’est, entre autres, qu’à ce prix que le Maroc veut se hisser au rang des pays les plus compétitifs dans le secteur de l’automobile au monde, fait savoir L’Economiste.

L’industrie automobile marocaine affiche de belles performances en termes d’exportations et d’attractivité des investissements. Le secteur est le premier exportateur du pays depuis 4 ans avec une capacité de production annuelle de 700 000 unités. En tout, 116 000 d’emplois créés. Les véhicules Peugeot 208, fabriqués dans l’usine de PSA à Kénitra, sortent avec un taux d’intégration locale de 60 %, un taux qui pourrait être porté à 80 %.

En ce qui concerne l’attractivité des investissements, le secteur se porte mieux que par le passé. En témoigne l’implantation de plusieurs usines dans le royaume. Cette semaine, le groupe sud-coréen Hands Corporation, équipementier automobile coréen, spécialisé dans la fabrication de jantes en aluminium, a mis en service son usine implantée à Tanger Automotive City, sur une superficie de 23 hectares. Au total, 4,3 milliards de dirhams ont été investis.

Toutes ces performances amènent monsieur Hafid Elalamy à conclure que «l’intégration de composants made in Maroc est un élément fondamental de la compétitivité de l’industrie».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatorze + 19 =

Haut