L’association « Winou Etrottoir ? » est née

L’association « Winou Etrottoir ? » est née

WinouSachant que le trottoir est censé être un passage pour les piétons, voilà qu’il s’est transformé en un lieu d’envahissement des restaurants, des salons de thé, des terrasses de café…Mais depuis plusieurs années, la situation est devenue chaotique, les piétons se retrouvent acculés à emprunter la chaussée. Nombreux sont les  internautes qui ont lancé via les réseaux sociaux une campagne  de sensibilisation intitulée “ Winou Etrottoir” (Où est le trottoir ?).

Un an après, Winou Ettrottoir a rencontré un franc succès interpellant les autorités à faire leur travail convenablement contre les occupations illégales. Et pas moins d’un an, le groupe a dépassé la barre des 60 000 fans, d’où la naissance de l’association Winou Ettrottoir, qui s’est naturellement imposée en vue de constituer une force de frappe contre l’incivisme.

L’association compte 13 membres fondateurs  répartis entre architectes, médecins, universitaires mais aussi des professionnels de la communication et des industriels. Tout ce beau monde s’unit pour une seule cause : respecter l’espace vert et faire respecter la loi.

Selon un communiqué de l’association, ses membres ont expressément déclaré que pour les prochaines élections municipales, “ils ne soutiendront que les candidats qui s’engagent à mettre de l’ordre dans la ville”.

winou_etrottoirKawther Razouane, membre fondatrice de l’association, a fait savoir que l’association a pour objectif de dénoncer les abus. D’ailleurs, les dossiers affluent depuis hier. Elle précise :”Notre travail consiste à collaborer avec les municipalités afin d’améliorer le vivre-ensemble dans l’espace urbain d’une Tunisie démocratique. Les commerçants qui ne  respecteront pas la charte imposée, seront poursuivis en justice. Un livre blanc sera prochainement publié.  Tout membre de l’association va devoir respecter les consignes. Il doit être un citoyen responsable et s’engager à mettre sa voiture au parking et non sur les trottoirs.

Elle conclut : “Plus les citoyens sont sensibilisés, plus ils deviennent « exigeants ». Notre rôle est aussi important pour combattre (pacifiquement) le corporatisme.

Les cafés qui débordent sur les trottoirs, les constructions anarchiques et autres nuisances sont autant  de facteurs endémiques qui ne cessent d’envahir notre quotidien.  Plus d’un Tunisien sur deux se dit exposé à  leurs  » agressions ».

Source : .l’économiste maghrébin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 + 18 =

Haut