L’ancien patron de Volkswagen, Ferdinand Piëch, est mort

L’ancien patron de Volkswagen, Ferdinand Piëch, est mort

Emblématique personnage de l’industrie automobile allemande et de Volkswagen, Ferdinand Piëch est décédé le 25 aout 2019 à l’âge de 82 ans. Petit-fils de Ferdinand Porsche, il a notamment façonné Audi avant de faire du groupe VW un géant mondial.

Né à Vienne le 17 avril 1937, Ferdinand Piëch est considéré comme le patriarche de VW qu’il a transformé en un groupe mondial comprenant de nombreuses marques à partir de 1993 avant de céder la direction en 2002. Le groupe compte douze marques aujourd’hui, allant des VP (VW, Audi, Seat, Skoda, Bentley, Lamborghini, etc.), aux poids lourds (Scania, MAN) en passant par la moto avec Ducati. Il a même réussi, après une rude bataille familiale et boursière, à intégrer la marque Porsche au groupe VW.

Mais avant cela, après avoir travaillé pour Porsche, la marque créée par son grand-père Ferdinand Porsche, et a notamment participé au développement de la fameuse Porsche 917 du Mans. Il débarque ensuite chez Audi, au début des années 70, et jette les bases de la marque que l’on connait aujourd’hui avec notamment le développement du système Quattro. Il s’illustrera aussi avec des paris plus ou moins réussis comme celui la VW Phaeton ou la VW XL1. C’est lui qui est également à l’origine de la renaissance de Bugatti avec la Veyron. Le groupe lui doit aussi sa politique industrielle avec les plateformes et les modules communs aujourd’hui.

Ferdinand_Piech_VolkswagenQualifié de « légende de l’automobile » par le quotidien Bild, il quittera finalement son poste de président du conseil de surveillance en 2015 à l’issue d’un bras de fer avec le patron de l’époque, Martin Winterkorn, impliqué dans le scandale des moteurs diesel truqués qui a grandement écorné l’image de l’entreprise et du secteur automobile allemand.

Habitué des coups d’éclats et des déballages en public des disputes familiales, Ferdinand Piëch a finalement vendu l’essentiel de ses parts dans Porsche SE (l’actionnaire principal de Volkswagen) en 2017 pour près d’un milliard d’euros, marquant la fin de son règne sur le constructeur automobile allemand.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

seize + 9 =

Haut