Essai de la petite citadine Hyundai i10 Populaire

La Hyundai i10 a fait forte impression avec son offre de voiture populaire équipée d’une boite de vitesses automatique à 33 580 D.

Le comportement se montre très sain, sûr et presque plaisant, sans propension flagrante au sous-virage.Bon freinage également, et belle endurance du système, avec des disques à l’arrière, et non pas des tambours comme on trouve  encore trop souvent dans la catégorie. La direction à assistance électrique se distingue avec un diamètre de braquage satisfaisant, inférieur à 9,6 mètres entre trottoirs. Elle offre un ressenti quelconque, mais elle est douce en ville et le bon centrage facilite la tenue de cap sur autoroute.

Les suspensions s’avèrent prévenantes, même si les amortisseurs arrière sont un peu faiblards, principalement en détente. La bonne insonorisation de l’habitacle procure une appréciable quiétude à bord, digne des petites polyvalentes du segment supérieur.

L’équipement comprend 2 airbags frontaux, l’alarme antivol, l’anti-démarrage électronique et l’ABS. Cette version dispose de roues tôle de 14’’ avec enjoliveurs, d’une sellerie tissu, d’un ordinateur de bord, du verrouillage centralisé, d’une direction assistée et d’un volant réglable en hauteur.

Si à 3,66 m d’un bouclier à l’autre, la i10 fait partie des véhicules les plus longs de sa catégorie, son empattement reste contenu (2 385 mm). Il permet néanmoins de proposer un espace à vivre à l’avant comme à l’arrière au-dessus de la moyenne. En largeur, la banquette 3 places convient à des enfants, ou deux adultes.

La capacité du coffre, au seuil d’accès un peu haut, sous le cache-bagages, atteint 252 litres, une contenance parmi les plus appréciables de la catégorie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut