Soyez attentif à vos baisses de vigilance

Si vous devez conduire de nuit, ne négligez pas non plus votre temps de sommeil.

Soyez attentif à vos baisses de vigilance (picotement dans les yeux, besoin de se masser la nuque…) ; pensez à aérer de temps en temps le véhicule, à écouter la radio, et surtout à faire des pauses, même de courte durée, à intervalles réguliers. Les spécialistes recommandent de s’arrêter toutes les deux heures.

N’hésitez pas lorsque vous en avez la possibilité, à passer le volant à quelqu’un d’autres. Si vous devez conduire de nuit, ne négligez pas non plus votre temps de sommeil. Partez bien reposé et n’oubliez pas que, contrairement à une opinion répandue, la conduite de nuit est nettement plus dangereuse. On dénombre en effet presque autant de tués la nuit que le jour pour un trafic moins important.

Ajouter Votre Commentaires

Votre adresse email ne sera pas publiée.*

Back to top